Carvin le 03 juillet 2011

Fête annuelle de l’IME de Carvin, le 3 juillet 2011

Source Nord Eclair
*******************

Les jeunes de l’IME ont grandi dans le monde médiéval et en autonomie
PUBLIÉ LE 08/07/2011 À 00H00

Les rites du Moyen-Âge et leurs scènes épiques ont bercé la fête d’école, samedi dernier, dans la cour extérieure de l’IME, l’Institut médico-éducatif du Carembault.

« C’est un thème devenu traditionnel chez nous, et une forme d’aboutissement collectif pour les élèves ayant plongé toute l’année dans le monde médiéval, avec toute l’équipe éducative au diapason. Une grande fierté de les voir s’épanouir comme ça », résume l’accueillant directeur, Didier Windels. De quoi forger, au fil des mois passés à travailler la motricité dans tous les ateliers, une belle autonomie chez ces jeunes âgés de 6 à 20 ans, atteints de déficience mentale. « C’est, pour la petite centaine d’élèves de notre établissement, une consécration de leurs efforts aujourd’hui. Les familles sont là qui observent leur évolution, ça fait toujours chaud au coeur », commente le passionné directeur, explorant les lieux d’activités. De la couture pour la confection des costumes d’époque qu’ils portent pour cette grande fête, jusqu’à la poterie pour cultiver l’art de sculpter, tout a été pensé pour fédérer. La troupe médiévale des « Gardiens des Sept Besants d’Or » a même été conviée pour assurer le spectacle et transmettre le maniement de l’épée. Bernard et Gérald, éducateurs techniques spécialisés, exposent quant à eux l’imposant château fort dans l’une des classes. Le fruit du travail accompli pendant trois à quatre mois avec les élèves. « Au départ, les séances de travail étaient difficiles, mais ils ont été vite emballés par l’idée d’assembler, de façonner les murs, de construire les tours avec de la terre, de l’argile… ». L’un des élèves, à fond dans le projet, confirme : « C’était bien l’atelier à Gérald ! On était contents de voir notre château grandir, avec les tas de pierres, de briques et les couches de peinture en trompe-l’oeil », raconte-t-il, la cape ancestrale sur les épaules. De quoi avoir de la tenue pour le folklore et les pas de danses médiévales.