Fabrication d’un coffre médiéval

La passion du médiéval est très souvent synonyme d’acquisition de matériel parfois encombrant et très souvent fragile.

Au tout début et ceux pendant 3 ans j’utilisais un sac de sport banale pour ranger cotte de maille, gambison, dague, ceinture, bourse, chausse, etc…

Mais à un certain moment le sac s’use et n’est de toute manière plus assez grand pour contenir tout l’attirail surtout quand le projet d’une tente fait son apparition.

L’idée est donc à ce moment de concevoir un coffre mais comme tout ce que nous créons et achetons doit être le plus possible historique, il à fallut faire des recherches.

 

Préambule prix/outillage:

1 tablette de pin lamellé 200 L* 50 l * 18mm E10€50
1 tablette de pin lamellé 200 L * 40 l * 18mm E9€50
2 charnières acier zingué 30 L * 3 l * 3 H5€95
2 cornières acier brut 100 L * 4 l * 4 P 7€90
1 tasseau en pin 240 L * 44 l * 44 H7€90
1 L d’huile de lin 3€90

Total des fourniture obligatoire:                                         45€65

 

Matériel nécéssaire:

  • Scie (bois,métal)
  • Scie circulaire
  • Perceuse
  • Ponceuse
  • Clou
  • Colle à bois
  • Bombe peinture noir mat ( pour donner l’aspect fer forgé à nos charnières)

 

Il faut donc réfléchir sur la provenance du coffre (en fonction de mon personnage), avec quel matériaux le fabriquer (pin, chêne, ferrures, charnières en cuir, etc…), taille du coffre (longueur,largueur,hauteur) et enfin la décorations (riche, modeste ou pauvre).

 

Pour ma part je suis un chevalier de l’ordre des Hospitaliers du millieu du 12 ème siècle, par conséquent historiquement j’ai fait vœux de pauvreté.

Au milieu du 12ème siècle il y avait bien évidemment différent types et formes de coffre, je me suis basé sur une forme assez simple que j’ai aussi vue en enluminure sur la tapisserie de Bayeux puis sur une photographie d’un coffre exposé dans un musé.

 

 

 

 

 

 

Voila dorénavant j’ai le modèle du coffre, il me reste à déterminer les matériaux et la décoration.
Pour le bois, il n’y avait pas beaucoup de choix : Pin ou Chêne.

caractéristiques de chacun :
– le chêne: cher / semble plus résistant / offre une belle finition
– le pin: prix accessible / résistance correcte, finition correcte (il faut trouver la bonne planche)

J’ai choisis le pin pour le prix et aussi parce que j’ai trouvé une planche avec un beau nœud nébuleux qui donne du cachet au coffre.

 

En tant que frère hospitalier, la décoration sera modeste, voir pauvre; juste quelques ferrures.

Il faut savoir qu’à l’époque le fer était très cher, à titre d’exemple une cotte de maille coutait au environ de 40 000 euros. Le fer est donc un luxe qu’un moine ne peux s’offrir en grande quantité.

Nous entamons maintenant la fabrication de notre coffre.

Tout d’abord le plan et les mesures:

Ensuite je trace les mesures sur les planches en gardant un espace de 0.5 cm entre 2 traits afin d’éviter que le passage de la scie électrique ne me réduise mes morceaux de planches.

( Conseil : ne découper pas sur le trait, toujours sur l’extérieur du trait)

 

Ayant eu un problème de téléphone je n’ai pas pu récupérer toutes les photos prises durant la confection du coffre.

 

Donc sur vos planches de pin, vous tracerez vos mesures  en vérifiant par 2 fois que tout est bon car une fois découper ça risque d’être très compliqué de modifier les morceaux.

Ne pas oublier la planche de fond qui s’insère dans le trou formé par les planches latérale, celle-ci aura les mêmes mesures que la planche du dessus à une différence près :

  • La planche du dessous fera 60 cm de long –  2*1.8mm ( mesure correspond à l’épaisseur des planches latérale) et 40 cm de large – 2*1.8mm (mesure correspond à l’épaisseur des planches latérale).
  • La planche du dessus, devra être plus longue et large puisqu’elle doit poser parfaitement sur les tranchants des planches latérales donc elle devra faire 60 cm de long + 2*1.8mm ( mesure correspond à l’épaisseur des planches latérale) et 40 cm de large + 2*1.8mm ( mesure correspond à l’épaisseur des planches latérale)

Ne pas oublié de découper votre tasseau dans les proportions souhaitées.

Dans mon exemple le tasseau à été découpé de manière à avoir 2*2 morceaux distinct.
Soit:

  • 2 morceaux de 40 cm de long – 2*1.8cm
  • 2 morceaux de 60 cm de long – 2*1.8cm – 2*4.4 cm

(PS: mes mesures n’étaient pas bonne concernant mes tasseaux, j’ai donc fait avec ce que j’avais)

Une fois tracé, à vos Scies !

Les découpes doivent être propre et précise pour que le rendu soit parfait.

Vient ensuite l’étape de l’assemblage et des fixations, je pense que peu importe votre niveau dans le bricolage vous vous débrouillerez très bien sans une abondance de détaille inutile.

Seul petit conseil, le pin est un bois effritable, ne taper pas directement les clous dessus.

Je vous conseil de pré-percer avec une mèche d’un diamètre inférieur à celui du clou afin d’éviter d’abimer le bois.

2ème conseil : pré-percé vos tasseaux (nombre de trou = nombre de clou) mais avant de clouer, il est préférable d’encoller une des faces du tasseau et de le positionner sur le bord de la planche souhaitée (ça vous permettra d’être beaucoup plus précis avec le marteau).

Bien entendu, une fois vos panneaux dressés et fixés avec les tasseaux il faut les clouer entre eux, sur les tranches, d’où l’intérêt d’avoir une cornière en métal pour rigidifier le tout.

Pour la cornière, vous savez que votre coffre mesure 50 cm de hauteur donc vous aurez besoins de 4 * 50cm de cornière.

 

Munissez vous d’une scie à métaux ou circulaire, tracé vos cornières et découpez, puis on perce la cornière en différent point symétrique pour faire passer un clou.

Enfin on positionne la cornière sur l’un des 4 angles du coffre et on cloue.

Une fois les 4 charnières posées, votre coffre est bien rigide; il ne lui manque plus que la plaque du dessus.

Cette dernière est très simple à poser, il vous suffit de la positionner de bord en bord et de fixer les charnières dessus; une fois fait votre coffre est prêt à être huilé (par temps sec et à température dépassant 10 degré).

 

Voila, vous voici l’heureux propriétaire d’un coffre historique pour vos reproduction.

Si vous avez d’autre questions n’hésitez pas à nous contacter, je me ferais un plaisir de vous répondre.